En novembre dernier j’ai créé un groupe Facebook pour venir en aide aux Commerçants Aurillacois. Aujourd’hui 2330 membres l’ont rejoint. Je vais décortiquer avec vous les étapes que j’ai suivies pour attirer de l’audience :

  • Répondre à un besoin
  • Diffuser aux personnes concernées
  • Inviter à la collaboration
  • Publier

Le même jour j’ai aussi créé deux autres groupes similaires : un pour la région de St-Flour et un autre pour celle de Mauriac. Ni l’un ni l’autre n’a eu le même succès que celui concernant Aurillac.

Je sais aujourd’hui analyser pourquoi : je n’étais pas assez implantée dans ces secteurs là. J’ajouterai donc un élément important : LE RÉSEAU.


Répondre à un besoin

En tant qu’utilisateur de Facebook, pourquoi demandez-vous à rejoindre un groupe ? Pourquoi acceptez-vous une invitation à en rejoindre un ?

Je pense que nous avons tous la même réponse à cette question : Je rejoins, si ça m’intéresse.

Cela relève du bon sens en théorie mais dans la pratique il peut y avoir quelques erreurs de parcours. C’est pourquoi, lorsqu’il vous vient une idée, et cela fonctionne pour les groupes Facebook mais également pour toute initiative sur les réseaux sociaux, demandez-vous toujours : répond-elle à un besoin ?

Dans le cas de mon groupe Soutenons les commerçants – Aurillac, j’ai tenté de répondre à deux besoins : celui des commerçants et celui du public.

✔️ Les commerçants au début du re-confinement avaient clairement besoin d’une vitrine en ligne qui amène le public à passer des commandes click and collect chez eux.
✔️ Les clients quant à eux avaient besoin d’une porte d’entrée unique vers les offres de tous les commerçants alentours.

Ce groupe fonctionne donc à la manière (extrêmement simplifiée) d’un marketplace : toutes les offres sont regroupées sur une seule et même page ce qui procure :

  • plus de visibilité aux commerçants que sur le page propre (où seulement leurs clients habituels sont abonnés)
  • une vision globale du “catalogue de produits” disponibles à l’échelle d’une zone géographique

Le timing a également été primordial, j’ai ouvert ce groupe au lendemain de l’annonce du re-confinement, je pense que le succès n’aurait pas du tout était le même s’il avait été créé cet été.

Cibler une audience

🎯 Afin de bien cibler un besoin, il faut avant tout connaître le public auquel va s’adresser votre groupe.

Pour moi, c’était simple, le public visé était en grande partie représenté dans mes amis Facebook. Je suis moi même aurillacoise avec beaucoup de contacts sur place commerçants ou clients. Je sais que les aurillacois et les personnes habitant la zone sont très attachées à leurs commerces de proximité et au “consommer local”.

✔️ Il était donc tout naturel pour eux, pour vous, d’adhérer à un tel projet.

Ceci étant dit lorsque le groupe a vu le jour, en tant qu’administratrice j’ai lancé les premières invitations à rejoindre. Vous pensez bien que je l’ai uniquement partagé aux personnes cibles : mes amis Facebook habitant Aurillac ou ses alentours. Pour que le groupe fonctionne il faut répondre au besoin d’un public cible.

Alimenter en contenus

Créer un groupe sur Facebook c’est : choisir un nom, une catégorie, une photo de couverture et des règles de vie dans le groupe. Ça c’est la partie simple, technique. Passé cette étape, le groupe est prêt à accueillir des membres 🥁

Ceci dit, pour accueillir des membres, il doit être connu. Pour être connu, il doit être partagé. Pour être partagé, il doit plaire. Pour plaire, il doit répondre à un besoin. Ahah on y revient.

Comment répondre à un besoin sur un groupe Facebook ?💡 Grâce au contenu ! Publiez des contenus dans votre groupe, repartagez des actualités, des posts tout ce qui pourra être utile aux membres. Un groupe vide attire peu. Si les utilisateurs comprennent que le groupe va leur apporter du contenu de qualité, qui les intéresse, ils demanderont à rejoindre la communauté et mieux, la partageront autour d’eux 💫

❗️ Attention cependant au rythme de publication : trop peu ne suffit pas mais trop souvent a le même effet qu’un spam, les personnes se lassent et quittent le groupe à long terme.

Néanmoins, si vous souhaitez découvrir des outils gratuits pour partager du contenus sur les réseaux sociaux, je vous ai concocté une petite liste.

Chaque membre est contributeur

Inciter les membres à inviter et partager aux personnes que cela pourrait intéresser vous aidera à faire connaître votre groupe et à le faire grandir. Vous pouvez décider de règles concernant :

  1. Les conditions pour devenir membre
  2. Le bien vivre au sein de la communauté

Si nous reprenons l’exemple de Soutenons les commerçants – Aurillac, j’ai choisi de laisser libre l’entrée à chaque ami d’une personne déjà membre. Le groupe est libre d’accès seulement pour les amis de mes amis en quelques sortes.

Petit à petit la communauté grandit sans être ouverte à tout Facebook. Cela permet de réguler l’accès au groupe sans le brider. Les personnes intéressées par le groupe mais n’ayant pas encore d’amis dans la communauté peuvent tout de même envoyer une demande d’accès que l’administrateur.rice choisit d’approuver ou de refuser. Ainsi le groupe garde une audience ciblée 🎯

Ceci étant dit, pour que les commerçants aurillacois puissent trouver une vitrine dans ce groupe j’ai choisi de laisser chaque membre libre de publier et partager ce qu’il ou elle souhaite dans le groupe.

C’est là que les règles pour le bien vivre ensemble prennent toutes leur importance. Un groupe avec plusieurs centaines de membres demande un travail de modération. C’est assez chronophage et on ne se fait pas toujours des amis mais c’est nécessaire. Pour que tous les membres se sentent bien au sein du groupe il est important de modérer, supprimer et expliquer.


Si vous souhaitez recevoir plus de contenu et mettre votre savoir-faire en pleine lumière sur le web, je vous invite à remplir le formulaire ci-dessous. Vous recevrez alors chaque jeudi un e-mail privé.

Intégrez la communauté de ceux qui font briller nos campagnes.

Recevez tous les jeudis des nouvelles de ma vie de freelance dans les métiers du web dans le Cantal.

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que dans le cadre de cette newsletter.

.

Laisser un commentaire